Société

Gilets jaunes : Christophe Dettinger et le gendarme frappé s’expliquent

christophe dettinger

MANIFESTATION GILETS JAUNES – Comme c’est le cas depuis plusieurs semaines, les manifestations sont émaillées de scènes de violences. Samedi dernier, un manifestant, ancien champion de boxe, a sorti ses poings contre un gendarme.

Les gilets jaunes font la une de l’actualité sociale en France depuis leur première mobilisation qui date de novembre. Si les marches étaient à priori pacifiques, la violence s’est très vite invitée dans ces marches qui visaient au départ à pousser le gouvernement à renoncer à sa taxe sur le carburant. Samedi dernier, durant l’acte 8 de la manifestation sociale, une scène n’a pas échappé aux caméras. Un manifestant a été filmé en train de donner des coups à l’un des nombreux gendarmes déployés pour encadrer la manifestation. Plus tard, l’individu sera identifié comme étant un ancien boxeur. Après s’être rendu à la police, Christophe Dettinger a été placé en garde-à-vue, une garde-à-vue qui a été prolongée aux dernières nouvelles. Le gendarme frappé au visage par l’ancien champion de boxe a donné sa version des faits. Bien avant son interpellation, le boxeur a lui aussi donné les raisons qui l’ont amené à agir de la sorte.

En marge de l’acte 8 de la manifestation des gilets jaunes samedi dernier, un gendarme a été roué de coups pendant l’exercice de ses fonctions. La scène filmée et diffusée sur les réseaux sociaux a suscité diverses réactions. Nombreux sont les personnes qui se sont offusquées en voyant ces images du manifestant donnant des coups au gendarme. Après recherche, l’individu a pu être identifié par les forces de l’ordre. Christophe Dettinger, ancien champion de boxe, est l’individu qui assenait un gendarme de coups au visage la semaine dernière lors de l’acte 8 des gilets jaunes. Comme il fallait s’y attendre, le gendarme concerné a déposé une plainte contre l’ancien champion de boxe qui finira par se rendre à la police. Mais bien avant de se rendre, Christophe Dettinger est revenu sur les circonstances qui l’ont poussé à rouer le gendarme de coups pendant la manifestation du samedi dernier : « J’ai vu la répression qu’il y a eue, j’ai vu la police nous gazer, j’ai vu la police faire mal à des gens avec des Flash-Ball, j’ai vu des gens blessés, j’ai vu des retraités se faire gazer(…).Je manifeste pour les retraités, le futur de mes enfants, les femmes célibataires […]. Je suis un gilet jaune, j’ai la colère du peuple qui est en moi… Ils se gavent sur notre dos, c’est toujours nous les petits qui payons », a fait savoir l’ancien champion de boxe dans une vidéo diffusée sur la toile. Concernant les raisons qui l’ont poussé à agresser un gendarme, le boxeur lance : «oui, j’ai voulu avancer sur les CRS. Je me suis fait gazer, avec mon ami, ma femme. Je me suis fait gazer. Et, à un moment, la colère est montée en moi et j’ai mal réagi. Je me suis défendu». Mais c’est tout le contraire de la version donnée par le gendarme agressé.

Une agression intentionnelle selon le gendarme

«Plusieurs centaines de personnes nous ont poussés, ça a forcé. Là, l’un des manifestants, le boxeur, est arrivé par derrière, m’a projeté au sol et, à partir de là, plusieurs manifestants m’ont roué de coups, parmi lesquels le boxeur, qui m’a mis au sol…C’était vraiment frapper pour frapper, pour faire mal voire tuer : la tête, le visage, le dos. Ses camarades m’empêchent de me relever.», a confié à BFM TV Cédric, le gendarme âgé de 27 ans agressé par l’ancien champion de boxe. Cette version remet donc en cause celle donnée par Christophe Dettinger qui estime avoir agi en parfaite légitime défense. Il a été placé en garde-à-vue et encourt une peine d’environ 5 ans pour cette agression.

Lire Commentaires

Réagir :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top