Actualité

Gilets jaunes : Macron s’oppose à une interdiction des manifestations

MANIFESTATION DES GILETS JAUNES – En prélude à l’acte XVIe du mouvement anti-social, le président français a insisté sur la nécessité pour les manifestants de rejoindre le grand débat national.

La crise des gilets jaunes s’est invitée au centre des échanges entre Emmanuel Macron et les élus de la région du Grand Est ce mardi. Malgré la violence caractérisée qui ternit l’image des manifestations, le président français s’oppose toujours à l’idée d’une interdiction du mouvement.

Les soutiens à la cause des gilets jaunes s’effritent de jour en jour, alors que la manifestation ne faiblit pas comme certains s’y attendaient. En réponse au mouvement, le président français avait abandonné l’idée de la taxe sur le carburant, et revu à la hausse le salaire au SMIC avec une augmentation de 100 euros. Mais les gilets jaunes n’ont toujours pas gagné gain de cause à l’évidence puisqu’ils préparent déjà l’acte XVI de leur mouvement pour le 2 mars prochain. Face aux élus du Grand Est-ce mardi, Emmanuel Macron a d’abord salué la bravoure des forces de l’ordre mobilisées depuis le début du mouvement en novembre dernier. Le chef d’état a également profité pour dénoncer la violence qui caractérise la manifestation depuis plusieurs semaines : «Parfois, il y a eu des gens qui n’ont pas été clairs. Il faut dire que, quand on va le samedi à une manifestation violente, on se rend complice du pire. Soyez partout aussi clairs que cela. Je déplore qu’il n’y ait pas toujours eu de la clarté…Le caractère incontestable de la demande légitime de millions de Français qui ont pu participer ou être en sympathie avec ce mouvement est pleinement reconnu. Je l’ai reconnu moi-même le 10 décembre dernier, et est reconnu par l’implication qui est la nôtre. Jamais l’État ne s’est autant collectivement mobilisé face à un mouvement de ce type».

Macron toujours opposé à l’interdiction des manifestations

Si des millions de français ont soutenu la cause des gilets jaunes dès le départ, la popularité du mouvement social auprès des français a baissé au fil des semaines, eu égard des dégâts occasionnés par certains manifestants. Mais l’interdiction des marches des gilets jaunes semble être une idée à laquelle le président française se montre beaucoup réticent : «Nous ne pouvons, de manière raisonnable, pas interdire les manifestations comme je l’ai entendu parfois». Outre le camp de la majorité présidentielle, plusieurs élus de l’opposition prônent désormais l’interdiction du mouvement gilets jaunes : «J’ai soutenu le mouvement des « gilets jaunes ». J’ai soutenu l’expression d’une colère contre une injustice fiscale et une inefficacité économique. Le mouvement a été dévoyé par la violence. Il faut interdire les manifestations », lançait il y’a quelques jours Eric Ciotti l’élu Républicain. Si l’interdiction du mouvement n’est pas encore à l’ordre du jour pour Macron, il insiste cependant sur l’idée d’une participation des gilets jaunes au grand débat national.

Lire Commentaires

Réagir :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top